Magnitude6 | Symphonie pour un 22 avril
Depuis sa fondation en 2010, le quintette de cuivres et batterie Magnitude6 s’est imposé comme un ensemble audacieux de haute volée.
Magnitude6, Montréal, quintettes de cuivres, cuivres, batterie, vents, création musicale, musique contemporaine,
1616
single,single-portfolio_page,postid-1616,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.2,vc_responsive

Symphonie pour un 22 avril / Un film de Jason Rodi

À propos

Ce film d’une vingtaine de minutes raconte l’histoire d’un commencement. Le 22 avril 2012, 250 000 personnes se sont rencontrés lors d’une grande marche orchestrée par Dominic Champagne au nom d’une cause qui nous rejoint tous: le bien commun. Dominic a demandé au réalisateur Jason Rodi de capturer l’image qui définissait notre printemps érable, nous offrant le beau symbole d’un arbre.

 

Programme musical

La trame sonore du film a été enregistré lors d’une séance de musique à NOMAD Nation le 16 février 2014. À l’invitation de Samuel Lalande-Markon, Pierre Labbé de Sacré Tympan a dirigé un groupe de percussion de l’ensemble Movimento et de cuivres de Magnitude6, avec le renfort de collègues et d’amis. À partir de fragments musicaux de la pièce Autochtone de Pierre Labbé, les trente-cinq musiciens ont participé à une séance d’improvisation semi-structurée à mi-chemin entre le soundpainting et le défoulement collectif. Le tromboniste basse et improvisateur virtuose Felix Del Tredici sert de fil conducteur dans ce chaos organisé. Le résultat est une trame sonore qui s’intègre aux images de 2012 tout comme elle donne une perspective nouvelle, rappelant que le mouvement pour le bien commun est « arrivé à ce qui commence ».

  • Musique composée par Pierre Labbé, Sylvain Pohu, Léo Guiollot de Movimento
  • Enregistrée à NOMAD Nation par Karl DeSerres avec la participation de Movimento, Magnitude6 et Pierre Labbé
  • Réalisé et monté par Jason Rodi (NOMAD Industries)
  • Assistante au montage: Julie Regnier
  • Illustration de l’arbre par Patrick Désilets
  • Produit par Robert Boulos (Far Web)
  • Producteur associé Robbie Hart (Adobe Productions)
  • Caméra Drone: Paul Hurteau (Video MTL)
  • D’après une idée originale de Dominic Champagne

Merci à Dominic Champagne, Julie Castonguay, Vincent Lacombat, Gilles Duceppe, Yolande Brunelle, Père Lacroix, Roy Dupuis, Stéphane Mongeau, Frédéric Back, Vincent Graton, Margie Gillis, Bob Lemay et famille, Virginie Dubois, Sharif Mirshak, Sylvain Lavoie, Noé Sardet, Christian Pomerleau, Frédéric Bernier, Félix Brochier, Raphaël Ettore, Thien Vu Dang, Jean-Philippe Brochu, Juliette Devert, Samuel Lalande-Markon, Léo Guiollot, Eric Bolduc, Jean Lemire, Pierre-Étienne Lessard, Jean-Philippe Brochu, Rosemonde Gingras.

Cuivres
  • Félix Brochier, Thierry Champs, Frédéric Demers et Émilie Fortin: trompettes
  • Laurence Latreille-Gagné: cor
  • Simon Jolicoeur-Côté: trombone
  • Felix Del Tredici: trombone basse (solo)
  • Charles-André Labelle-Giroux, Alexandre Vu: tubas
  • Samuel Lalande-Markon: tuba et direction
  • Pierre Labbé: saxophone et direction
Percussions
  • Jolain Goulette, Louis Desjarlais, Victor Alibert, Martin Bonnard et Arnaud Allary: alfaias et surdos
  • Jeanne Doucet, Catherine Harrison-Boisvert, Martin Dorval-Hardy, Julie Blanchet, Nicolas Villeneuve et Émilie Fortin: gonguê et tamborims
  • Martine Bouchard-Pigeon, Florence Garneau et Francis Minville: gonguê et agogos
  • Catherine Varvaro, Andrew Beaudoin et Catherine Varvaro: caixas et tarol
  • Léo Guiollot: xequerê et repenique

Pour Emmanuelle
J’ai fait de plus loin que moi un voyage abracadabrant
il y a longtemps que je ne m’étais pas revu
me voici en moi comme un homme dans une maison
qui s’est faite en son absence
je te salue, silence
je ne suis pas revenu pour revenir
je suis arrivé à ce qui commence
Gaston Miron, L’Homme Rapaillé

Aux rayons enflammés de l’astre, par cette matinée de jeunesse, c’était de cette rumeur que la campagne était grosse. Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre.
Émile Zola, Germinal