Magnitude6 | Direction artistique
Chez Magnitude6, nous croyons que les richesses du répertoire des compositeurs vivants peuvent toucher des publics qui ne fréquentent pas les concerts de musique contemporaine. C'est pourquoi nous avons souhaité élargir le rayonnement de ces musiques d’aujourd’hui à des formes et des contenus puissants, si vitaux à l’avancement de l’art. Avec l'ensemble, nous avons pris le pari d’y insuffler un nouvel élan en abattant les cloisons des genres.
Magnitude6, quintette de cuivres, cuivres, Montréal, Samuel Lalande-Markon, création musicale, musique contemporaine, mandat, vision,
1746
page,page-id-1746,page-template-default,ajax_updown_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.2,vc_responsive

Direction artistique / Mandat et vision de Magnitude6

Mot du directeur artistique

Chez Magnitude6, nous croyons que les richesses du répertoire des compositeurs vivants peuvent toucher des publics qui ne fréquentent pas les concerts de musique contemporaine. C’est pourquoi nous avons souhaité élargir le rayonnement de ces musiques d’aujourd’hui à des formes et des contenus puissants, si vitaux à l’avancement de l’art. Avec l’ensemble, nous avons pris le pari d’y insuffler un nouvel élan en abattant les cloisons des genres.

Nous nous dédions donc à un répertoire transmusical/crossover où s’entrecroisent des univers musicaux actuels avec des spectacles aux influences classiques, jazz, rock et hip hop. Nous avons d’ailleurs un petit penchant pour des œuvres de compositeurs vivants qui affichent une certaine rébellion face à leur milieu.

Nous optons régulièrement pour des concerts-spectacles de format non-conventionnel et in situ: nous aimons nous engouffrer dans des cavernes, souffler en plein air ou encore brouiller les pistes avec la mise en espace. Nous ne complexifions pas non plus le rapport avec le public avec des codes inutiles: vous pouvez venir comme vous êtes.

Comme les étiquettes ne nous conviennent pas vraiment, nous ne nous gênons pas pour sauter la clôture quand bon nous semble. Car nous aimons nous oxygéner avec des collaborations interdisciplinaires. En seulement quatre ans d’existence, nous avons trompé la musique contemporaine avec la danse (The 60 Dancer Project), le théâtre (L’Illusion), la création jeune public (Une Histoire du soldat), la pop (Plants and Animals) et le cirque (Cirque du Soleil).

Et nous n’entendons pas nous arrêter en si bon chemin.
 
Samuel Lalande-Markon
Directeur artistique et général